Autisme Pau Béarn Pyrénées: 05 59 68 24 42 | autisme.pau.bearn@hotmail.fr
Comprendre

pour appréhender l'autisme autrement

Comprendre

pour appréhender l'autisme autrement

L'autisme est un handicap spécifique dû à une anomalie du développement neurologique pendant la période de maturation du cerveau.

Ce syndrome, qui appartient à la famille des troubles envahissants du développement, apparaît au début de la vie et touche au minimum 1 personne sur 150 dans une proportion de 4 garçons pour une fille, soit environ 600.000 personnes (dont 30% avec déficience intellectuelle selon la Haute Autorité de Santé).

La sévérité et la forme des troubles varient grandement d'une personne à l'autre. Cette atteinte, qui dure toute la vie, peut-être associée à d'autres handicaps: déficience intellectuelle, troubles sensoriels, épilepsie, etc...

Lire la suite...

Programmes éducatifs

Il n'existe pas de traitement curatif de l'autisme, mais les personnes avec autisme devraient bénéficier d'une prise en charge institutionnelle, éducative et pédagogique.

La littérature scientifique est cependant unanime sur ce point : il faut que l'intervention éducative soit précoce, massive et structurée. Les meilleurs résultats sont obtenus lorsque l'enfant bénéficie d'une prise en charge éducative et comportementale dès ses 2 ans.

Approche comportementale

Toute intervention commence par une bonne évaluation. Une fois le profil développemental de l'enfant déterminé, on élabore un Programme éducatif individualisé (PEI) que l'équipe qui le suit et les parents vont appliquer à l'école et dans la vie quotidienne de l'enfant. Régulièrement, on évalue le développement de l'enfant et on adapte le programme éducatif.

L'intervention comportementale est très efficace pour traiter les troubles du comportement, qui sont très souvent présents dans l'autisme. L'intervention consiste habituellement à remplacer un comportement inadéquat par un autre, adéquat. On intervient sur le comportement lui-même et/ou sur les causes du comportement. Il est prouvé aujourd’hui que les personnes atteintes d’autisme ayant bénéficié d’une éducation structurée sont plus autonomes, moins médicamentées et plus intégrées dans la société que celles qui en ont été privées.

Méthode PECS

Lorsque l'enfant n'acquiert pas le langage verbal, il faut lui proposer des moyens alternatifs et augmentatifs de la communication. Dans l'autisme, ce sont toutes les facettes de la communication qui sont atteintes.

Andrew Bondy et Lori Frost (Delaware US) ont développé un outil de communication appelé PECS. La méthode PECS consiste pour l’enfant à remettre à son interlocuteur l’image de l’objet qu’il désire obtenir en échange.

À la différence des autres méthodes de communication alternative, le PECS permet à l’enfant d’apprendre à initier lui-même une communication avec autrui. Le temps nécessaire à cet apprentissage est extrêmement court. De plus, le coût est extrêmement bas, en raison de la possibilité de créer soi-même le matériel, composé de photos ou pictogrammes, selon la compréhension du sujet.

Le PECS a été validé dès 18 mois, et peut être amorcé à tout âge de la vie.

Programme A.B.A

L'A.B.A (Applied Behavioral Analysis, ou analyse appliquée du comportement) est une approche éducative inspirée du béhavorisme et créée par Ivar Lovaas aux Etats Unis dans les années 1960. Elle consiste en une analyse du comportement, associée à une intervention intensive visant à obtenir la meilleure intégration dans la société par l'augmentation des comportements jugés adaptés, et la diminution des comportements jugés inadaptés (voir conditionnement opérant).

Les résultats obtenus initialement par Lovaas, et confirmés ensuite par d'autres études, relatent que 50% des enfants - lesquels avaient moins de 3 ans au départ - ayant suivi le programme durant 2 à 3 ans, ont pu ensuite poursuivre leur cursus scolaire sans aide, en ayant un fonctionnement indiscernable des enfants normaux (voir les références scientifiques sur ABA dans le lien externe ci-dessous, notamment l'article de Sallows & Graupner).

Pour qu'un programme A.B.A soit efficace, ses promoteurs donnent les deux conditions suivantes. D'abord, il doit être intensif, à raison de 30 à 40 heures par semaine. Ensuite, il doit être mené par une équipe éducative (dont les parents sont partie intégrante) formée et intervenant de la même façon, dans le cadre d'un programme individualisé bien défini. De plus, le pronostic est d'autant meilleur que le programme A.B.A est commencé tôt.

Ce type d'intervention est par contre très contraignant. En plus de son mode opératoire, il a un coût que les familles ne peuvent pas supporter seules. En France, A.B.A n'est pas reconnue par la Sécurité sociale. Par contre, en Hollande ou au Canada (Ontario), cette approche est prise en charge par l'État.

Les détracteurs d'A.B.A critiquent cette méthode car elle prend sa source dans les recherches sur le conditionnement (Pavlov, Skinner). Ses promoteurs considèrent, au contraire, que le conditionnement fait partie de toute éducation, et qu'A.B.A n'est qu'une adaptation de cet aspect pour une population qui a des difficultés particulières d'apprentissage. Ils insistent sur les résultats concrets qu'ils obtiennent.

Programme TEACCH


Le cœur de l'enseignement structuré TEACCH (Treatment and Education of Autistic and relate Communication handicapped children) est le développement de l'autonomie dans les thèmes suivants : les habiletés de travail, l'autonomie à la vie quotidienne, les loisirs, les habiletés sociales et les gestions des comportements. Cette technique est dérivée du béhavorisme et repose sur l'idée que l'autisme est l'expression d'un déficit neurologique. Les moyens pour l'appliquer sont la structure et la communication. Les quatre volets structurés dans l'approche TEACCH sont :

- l'espace ;
- le temps ;
- le système ;
- la tâche.

Le but de la structure est d'adapter l'enseignement pour compenser les déficits spécifiques de chaque personne, de miser sur les forces, de réduire les stimulations inutiles et perturbantes, mettre l'accent sur les informations pertinentes, permettre à la personne de donner un sens à son environnement, permettre à la personne de comprendre ce que l'on attend d'elle, mieux gérer les comportements et atteindre une plus grande autonomie. Tous ces éléments font partie du programme TEACCH et sont individualisés pour chaque personne tant au niveau des objectifs que des moyens. Ceci a pour but de répondre aux besoins spécifiques de chaque autiste et de sa famille.

Le programme TEACCH a été l’objet de nombreuses études :

Schopler, E. (1997a). Naissance du programme TEACCH Principes, mise en pratique et évaluation.
In R. Misès et Ph. Grand (Eds.), Parents et professionnels devant l'autisme (pp. 191-207).
Paris : C.T.N.E.R.H.I. et Sally Ozonoff and Kristina Cathcart, 1998, Effectiveness of a Home Program Intervention for Young Children with Autism, Journal of Autism and Developmental Disorders, Volume 28, Number 1)
Avantages
L’application de ce programme permet de nettement restreindre le nombre de placements des personnes adultes atteintes d’autisme en milieux institutionnels restrictifs. Les parents témoignent également de l’aide apportée par ce programme, qui a permis de grandement diminuer leur niveau de stress à la maison. Le programme est très bien documenté, également en français. Tout en les intégrant au suivi de leur enfant, TEACCH ne demande pas à ce que les parents deviennent les éducateurs de leur enfant.
Inconvénients
C’est une approche plutôt environnementale, ce qui signifie qu’on travaille moins directement sur la personne, alors que la tendance actuelle est plus intrusive car on ne vit pas sur une planète "[TEACCH]". La tolérance relative des comportements déviants peut poser problème si on laisse le comportement se cristalliser jusqu’à l’âge adulte.
Programme DENVER

Ce programme a été initialement conçu en 1981 à l’université du Colorado. Il associe des éléments éducatifs et comportementaux et s’adresse à des enfants de 1 à 6 ans. Le modèle de Denver part du principe que le jeu est le premier support pour l’apprentissage des compétences sociales, émotionnelles, communicatives et cognitives pendant la petite enfance (National Research Council, 2001). Dans le modèle de Denver, l’éducation est intégrée à des interactions sociales positives entre adultes et enfants. Susciter des interactions chaleureuses, affectueuses et ludiques est au cœur de la prise en charge (Rogers, 2001). Le rôle de l’adulte et le but des jeux varient en fonction des objectifs d’apprentissages.

Les objectifs du modèle de DENVER sont de développer les capacités de l’enfant autiste en proposant un programme institutionnalisé et individualisé.

Le traitement utilise des feed-back à la fois des intervenants (équipe pluridisciplinaire) et des parents. Il se centre sur le développement de la cognition et, en particulier, de la fonction symbolique et de la communication à travers l’apprentissage de gestes, signes et mots.

Il vise principalement à favoriser le développement social et émotionnel en proposant des relations interpersonnelles avec des adultes et des pairs.

Cette méthode peut être utilisée par tout type de professionnel et peut être mise en place à l'initiative des parents seuls. Nécessité que les parents soient formés ou guidés par un professionnel.

Selon l'échelle de Vineland, on note des répercussions majoritairement dans le domaine de la socialisation (loisirs et relations interpersonnelles) et la communication (expressive, réceptive, écrite).

THERAPIE D'ECHANGE ET DE DEVELOPPEMENT

La Thérapie d’Echange et de Développement (TED) s’appuie sur une conception neuro-développementale de l’autisme selon laquelle les troubles du comportement qui caractérisent cette pathologie seraient la conséquence d’une insuffisance modulaire cérébrale (Barthélémy, Hameury, Lelord, 1995 ; Barthélémy, 2001). La TED a été développée dans le service de psychothérapie des enfants du CHU de Tours (Adrien, Blanc, Couturier, Hameury, Barthélémy, 1998). Dans un premier temps, appliquée à des enfants atteints de troubles autistiques sévères, elle a ensuite été utilisée avec des enfants présentant d’autres troubles graves du développement.

La TED est décrit comme une psychothérapie centrée sur l’échange et le développement cognitif, affectif et émotionnel (Lenoir, Malvy & Bodier-Rethore, 2003).

Dans une perspective d’une prise en charge globale des enfants, une réflexion pluridisciplinaire est menée pour définir les orientations du projet individuel. Ainsi, les séances de TED sont coordonnées à d’autres actions relevant d’un éventail plus large et éclectique d’interventions incluant des rééducations (orthophoniques, psychomotrices…), des activités scolaires ou encore des psychothérapies analytiques (Lelord, Hameury & Barthélémy, 1997).

C’est une approche spécifique organisée principalement autour de soins psycho-éducatifs individuels réalisés au cours de plusieurs séances hebdomadaires de 30 minutes chacune pendant lesquelles l’enfant est sollicité et accompagné dans différents jeux en fonction de ses intérêts et de ses capacités. Les séances s’organisent autour de trois principes généraux dont la simplification de l’environnement spatial et des stimulations, l’échange et l’imitation et, enfin, la réalisation de séquences motrices fonctionnelles (Lenoir, Mlavy & Bodier-Rethore, 2003).

Cette méthode peut être utilisée par tout type de professionnel et peut être mise en place à l'initiative des parents seuls.Nécessité que les parents soient formés ou guidés par un professionnel.

Selon l'échelle de Vineland, on note des répercussions dans tous les domaines (communication, autonomie quotidienne personnelle, familiale et sociale) mais principalement dans la socialisation (relations interpersonnelles, loisirs, capacités d'adaptation).

Guide de détection précoce des troubles de l'autisme

L'intérêt évident d'une identification précoce des troubles de l'autisme est le fait qu'elle permet une intervention précoce, spécifique et personnalisée auprès de l'enfant et sa famille. Elle permet également une amélioration du pronostic dans la majorité des cas.
L'objectif de ce guide est d'établir des critères et des procédures pour la détection précoce des enfants avec des risques de troubles de l'autisme afin qu'ils puissent être évalués pour un diagnostic complet qui permettra une intervention adaptée. Celle-ci est d'une grande importance pour la personne et le bien-être de la famille.
En premier lieu, on trouve une présentation objective de la situation actuelle avec une mise à jour des connaissances au travers des travaux réalisés en Espagne par le Groupe d'Etude auprès de  646 familles pour une détection précoce des troubles de l'autisme.
En second lieu, il existe une procédure de détection qu'il convient d'appliquer et qui définit les démarches, les services impliqués et les outils disponibles.
Les principales conclusions du Groupe d'Etudes sur la situation de  détection précoce en Espagne permettent des propositions consensuelles sur le processus tel qu'il devrait être pour systématiser l'identification et le suivi avec un maximum de sensibilité et de spécificité du groupe avec risque de troubles  de l'autisme.

Lire la suite...

Les signes les plus caractéristiques de l'autisme

La personne ayant un autisme est :

-          indifférente aux autres,
-          manque de réciprocité sociale,
-          joue seul,
-          parle sans arrêt du même sujet,
-          conduite stéréotypée et répétitive avec les objets,
-          éclate de rire sans raison valable,
-          intolérante aux changements,
-          semble être sourde,
-          résiste aux caresses,
-          fait des crises de larmes, est désemparée sans que l’on sache pourquoi,
-          résiste aux méthodes conventionnelles d’enseignement,
-          présente des anomalies du langage (écholalie, absence de langage),
-          semble insensible à la douleur,
-          préfère s’isoler,
-          exprime ses besoins par des gestes. 
Mais certains peuvent faire preuve d’une grande compétence pour des tâches qui ne nécessitent pas de comprendre les réactions d’autrui. En d’autres termes, l’autisme peut se résumer à une triade de comportements inadaptés dans les domaines de l’interaction sociale, de la communication verbale et non verbale ainsi que dans le comportement et les intérêts qui sont souvent répétitifs et stéréotypés.

M-CHAT

 

Le M-CHAT (ou Modified Chek-List for Autism in Toddlers) est actuellement considéré comme l'un des rares outils pouvant permettre un dépistage valable des premiers signes d'autisme. 

Pour consulter ou utiliser le questionnaire...

      
Retour en haut de la page